Les poèmes du confinement

Jour 27

Dans mon isolement
de cénobite tranquille
dans l’immense perspective
des jours où il ne se passe rien
Sinon des nuages
qu’avant je ne regardais pas
dans les matins où je peux
simplement prendre mon café dehors
Dans une ville où circulent
moins de voitures et plus d’oiseaux
devant le soleil qui est revenu
que veux-tu que je te dise

ça va

ce n’est pas confinement correct
mais

ça va

même
plutôt bien

Claire Arago, 12 avril 2020