Tu sais, ce qui a été vraiment dur…

Tu sais, ce qui a été vraiment dur… bien sûr,
très vite tout le monde a compris, bon, que ça al
lait pas être drôle, que ce n’était pas banal,
les morts, bien sûr, les morts… on n’était pas rassur

é, même s’ils ne montraient pas les corps mais les
courbes, quand même on imagine… et puis très vite au
tour de soi il y a eu un, deux, dix cas, tôt
ou tard… tu connais : « …tous étaient frappés »… mais l’es

poir c’était qu’un jour ou l’autre ça serait fini,
c’était notre blitz, notre « du sang et des lar
mes », le confinement, on allait finir par

en sortir, même ils allaient changer le monde, di
saient-ils… Non, tu sais, ce qui a été vraiment
dur, c’est comprendre que ce n’était pas une paren
thèse


Le 1er mai 2020, quand j’ai écrit et publié ce Sonné sur la toile, j’avais vraiment dans l’idée de conserver la trace de cette crainte sourde, mais à laquelle je ne croyais qu’à demi, à moins que ce ne soit à peine, plutôt comme un possible, une abstraction, un début de fiction.

Je m’imaginais le relire en souriant, quand la réalité l’aurait contredit : « C’est vrai, on s’était imaginé ça, à l’époque ». 592 jours plus tard, la parenthèse grossit, grossit… mais elle va se refermer, forcément,?


En décembre 2021, ce Sonné a été traduit par Carole Birkan, maître de conférence à l’université Sorbonne nouvelle, porteuse du projet Jeunes Chercheurs «Traduction et adaptation du sonnet». Here’s her text.

You know, what was really hard… yes, certain
ly everyone quickly understood that all right
this wasn’t going to be fun, this wasn’t run
of the mill. The dead, of course, the dead… we were a bit

worried. Even if they weren’t showing the bodies
but the lines… still one imagines… then
quickly all around us there was one, then two, then ten
cases, and soon… you know the line : « They died not all… »

And yet we hoped one of these days it would be o
ver. This was our Blitz, our blood, tears and
seclusion, we would one day see the end

of it, yeah they would even change the world
they said. No, you know what was really hard
was understanding that this was no

interval


Ce sonnet est extrait de Sonnés, paru en 2021 aux éditions Lanskine.

Image par défaut
Samuel Deshayes
Publications: 4