Tiens, mais les «Histoires pédées», on en est où ?

Nos désirs frétillent, s’impatientent, trépignent. Ils réclament des mots, des histoires ! Nos « Histoires pédées » poursuivent leurs aventures. C’est excitant. Et nous, on aime bien partager avec vous (chers lecteurs, chères lectrices) ce qui nous excite. Alors, voilà.

En ce moment, il nous arrive ça :

On demande du sucre au voisin, mais on craint de le déranger parce qu’il a un homme à son cou et trois autres dans sa chambre (« Tu connais le chemin », nous dit-il).

On voudrait voir où ça mène, le V plongeant de ce col, et quand il finira par se mettre nu, le garçon qui porte ce pull (ça va déraper, c’est sûr).

On rate le dernier bateau et on se retrouve à regarder ses grandes mains bronzées rouler des feuilles de vignes (les marins sont habiles).

On comprend d’où viennent les lumières dans la ville : cet homme est couvert de cellules photovoltaïques (et quand il bande, on disjoncte).

On ne sait pas pourquoi ce grand con nous attend dans notre chambre, le soir : on n’a rien fait pour provoquer ça (mais on ne dit pas non).

On s’aperçoit que les types qui, avant, ne voulaient jamais nous prendre dans leur équipe, nous disent maintenant : « prends-moi » (pour un autre genre de sport).


Il y aura ça, dans les prochaines Histoires pédées. Et de nouveaux auteurs (on vous garde la surprise). Et puis des images : une BD à toucher avec les yeux, pour garder les mains libres au cas où.

Les quatre titres de la saison 2 seront prêts pour octobre : certain·e·s d’entre vous les ont déjà commandés au moment de notre campagne Ulule : merci encore !

En attendant la sortie des suivants (on vous préviendra), les quatre premiers sont toujours disponibles :
– au format papier, à la librairie les Mots à la bouche à Paris (à leur nouvelle adresse du 37, rue Saint-Ambroise dans le 11e) et sur leur site (https://motsbouche.com/)
– au format numérique sur toutes les plateformes (par exemple sur celle d’Immatériel https://www.7switch.com/fr/list/publisher-88219-editions-pou/)

POUrtez-vous bien,

Les auteurs pédés